ACTUALITÉ

DU "CREDULISME".

09/05/2017

 

 

Il n’y a pas suffisamment d’escrocs par rapport au nombre de clients. Si cette affirmation a de quoi choquer par son cynisme, elle n’en demeure pas moins d’une patente réalité. Les praticiens chevronnés du métier de Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant ont pu maintes fois en vérifier l’adage.

Etonnamment le niveau social ou la culture financière des épargnants ne constituent pas un rempart suffisant pour les mettre à l’abri de ce type de piège. Et le développement de l’information, des réseaux sociaux, des forums ne semble pas en mesure de ralentir la progression des arnaqueurs de tout poil.

La faiblesse des taux d’intérêt servis et la défiance vis-à-vis du système bancaire sont autant de facilitateurs conjoncturels sur lesquels surfent avec brio les escrocs de l’épargne. Leur immuable mode opératoire est toujours pourvu de la même efficacité. Partir d’un élément tangible ou d’une croyance ; y ajouter une pointe de rêve ou d’exotisme ; jouer sur l’égo des futurs investisseurs (opérations réservées à des initiés) ; souligner la rareté de l’opération proposée (il n’y en aura pas pour tout le monde) et bien sûr promettre des gains rapides et conséquents. C’est ce que nous pourrions appeler la stratégie du « crédulisme ».

La dernière opération identifiée concerne l’achat de terres rares. Elles existent bel et bien et correspondent à 17 métaux qui rentrent dans la fabrication de produits de haute technologie. Le plus connu d’entre eux est le dysprosium. Utilisé principalement dans l’aéronautique son prix a été multiplié par 50 en 15 ans. Des sociétés aux montages complexes font miroiter aux investisseurs des gains mirobolants en leur attribuant des titres dont la valeur financière et juridique est quasiment incontrôlable, pour au final leur annoncer que le marché n’est pas propice à la revente avant de disparaître dans la nature.

Nous ne pouvons que recommander la plus grande prudence par rapport à des opérations qui sortent des sentiers battus. En cas de doute, il est indispensable de consulter un professionnel ou de se rendre sur le site de L’Autorité des Marchés Financiers amf-france.org. De très nombreuses informations de nature à éviter ce genre de piège sont disponibles et des sociétés faisant l’objet d’enquêtes sont nommément citées.

Mieux vaut rêver en consommant qu’en épargnant, ça vous évitera bien des déboires !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

À l'affiche

MERCI MONSIEUR HAMON

13/07/2017

1/10
Please reload

Récents
Please reload

Archives
Please reload