ACTUALITÉ

ÉPARGNER EN CATASTROPHE.


Bienvenu dans le monde des Cat Bonds*. S’agit-il du dernier Walt Disney sorte de parodie de James Bond ou Felix le chat remplacerait Sean Connery, ou bien de l’histoire d’un chat sauteur ? Si vous donnez votre langue au chat voici la réponse.


Cat n’a rien à voir avec l’animal de compagnie mais est le diminutif de catastrophe. Bonds est le terme anglo-saxon qui désigne les obligations. En réalité, traduites en français, les Cat bonds sont donc des obligations catastrophes. Décryptage.


Le cyclone Andrew qui dévasta le sud des Etats-Unis en 1992 fit prendre conscience aux assureurs que les risques accrus de catastrophes naturelles étaient de nature à mettre en péril leur propre existence. Les faits leurs donnèrent raison puisqu’en 2005 l’ouragan Katrina coûta 70 milliards de dollars. Pour se prémunir de ses ruineuses dégradations, les assureurs et les réassureurs eurent l’idée d’émettre des obligations catastrophes, une alternative à l’assurance traditionnelle des risques.


Leur fonctionnement est le suivant :

Plus la probabilité de survenance de l’événement est grande, plus le taux d’intérêt servi est élevé. Et bien sûr le capital n’est pas garanti si le sinistre mentionné au contrat se produit. Dans le cas contraire, la compagnie d’assurance émettrice est autorisée à prélever tout ou partie du capital investi pour indemniser ses assurés. Un moyen habile pour les assureurs de diversifier leur mode d’assurance et de réassurance en lissant, moyennant le paiement d’intérêts réguliers, les chocs liés aux catastrophes de grande ampleur.


Pour l’instant, les Cat bonds sont souscrits par des investisseurs institutionnels ou des gérants de fortune à la recherche de diversification patrimoniale pour leurs clients. Le marché est en plein essor et un record de près de 28 milliards de dollars vient d’être atteint. Il faut savoir que tout se négocie dans les salles des marchés même le pire : inondations, raz-de –marée, tsunami, éruptions volcaniques, cyclones. Un indice à New York le Catex (Catastrophe Risk Exchange) retraçant l’évolution des différents cours a même été crée.


On ne peut cependant s’empêcher de faire le parallèle avec le marché des subprimes : un instrument intelligent de couverture de risque crédit qui s’emballe pour devenir in fine, un moyen de financer des individus insolvables par le biais d’épargnants ignorant le poison qu’on distillait dans leurs Sicav. Espérons que les Cat bonds ne subissent pas le même sort. Et un peu comme dans l’histoire du chat qui se mord la queue, ils ne se transforment pas en catastrophe financière de la catastrophe naturelle !


*Cats-Bond. obligations catastrophe.

#LesCatBonds

À l'affiche
Récents
Archives